Plus de deux ans après le formidable “Odd Blood”, les américains de Yeasayer sont de retours avec l’une des sorties événement de cette année. Originaires de Brooklyn, véritable vivier musical, Yeasayer fait partie de cette passionnante génération de groupes cherchant sans cesse à expérimenter la musique, comme le sont par exemple leurs comparses de MGMT.

Avec “Flagrant World”, le pari est grand : réussir à se réinventer à nouveau, dans un univers musical de plus en plus riche. Comme toujours, la musique de Yeasayer se veut une expérience musicale, complexe et fouillée. “Rechercher de nouvelles sonorités, c’est ce qui fait qu’on continue à se divertir. Régurgiter encore et encore ce qu’on a déjà fait, ça n’aide pas à se développer en tant qu’être humain. Je crois que ça me conduirait à la dépression” précise ainsi Ira Wolf Tuton, bassiste du groupe.

Une chose est certaine au premier coup d’oeil, cet album s’inscrit dans une démarche sombre, voir morbide, avec des titres tels que Devil and the Deed, No Bones, Reagan’s Skeleton... assez compliqués d’accès il faut le dire. L’album s’ouvre pourtant sur des morceaux rayonnants comme Fingers Never Bleed, Blue Paper ou l’excellent Henrietta. On a alors l’impression de plonger petit à petit dans l’obscurité…

Toujours très psychédéliques, nous rappelant nos chouchous d’Animal Collective, les Yeasayer s’enfoncent avec cet album dans une noirceur délirante et difficile d’accès, s’expliquant très certainement par la volonté du groupe de rechercher en permanence quelque chose encore jamais entendu auparavant, avec un vrai travail sur les rythmes et sonorités.

“Flagrant World” vous fera côtoyer les ténèbres, avec toutefois une touche d’espoir permanente bien présente. Comme toujours avec Yeasayer, il faudra apprendre à apprivoiser leur univers et leurs sons parfois peu subtiles. On ne peut cacher notre déception, avec des morceaux plus que dispensables (Longevity, Demon Road) heureusement rattrapés par de véritables pépites. Un bon album, mais complexe et sans réel charme, qui nous laissera tout de même sur notre faim.

A.

Author

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It
%d blogueurs aiment cette page :