De grandes découvertes, des live que l’on attendait depuis bien longtemps, mais aussi des ratés et des déception, cette édition 2012 de Rock en Seine aura été très riche en émotions. Le tout, dans des conditions idéales, invités du programme “Ouvre tes Oreilles” organisé par Sony ! Retour sur cette édition 2012, comme si vous y étiez !

Vendredi

Pour profiter au mieux de l’expérience, cette année Rock en Seine se fera donc pour nous par l’intermédiaire du programme “Ouvre tes Oreilles” ! Déjà organisé au Main Square ou aux Vieilles Charrues, l’idée est de faire vivre au public une expérience de concert inédite. Par l’intermédiaire du casque Sony V55, il nous sera ainsi possible d’écouter les concerts à distance, directement reliés par bluetooth aux consoles des musiciens ! La prouesse technique est de taille, pour un résultat bluffant !

Il est 14h, cette année nous décidons de nous rendre dès l’ouverture du festival afin de profiter au mieux de ce vendredi, certainement la journée la plus remplie du festival. Très bien accueillis par Sony, nous sommes heureux d’apprendre que pour cette édition nous aurons droit un Pass Média avec accès VIP, la classe ! Le casque récupéré, nous fonçons directement pour un des concerts que nous attendions le plus cette année : Grimes ! Auteure de ce qui est certainement l’un des meilleurs albums de cette année, la canadienne nous enchantera avec son électro chamanique. Accompagnée de deux acolytes aussi étranges qu’elle, Claire Boucher toujours aussi mignonne et timide, nous livrera un set honnête et vitaminé. On ne pourra s’empêcher d’être un peu déçus, avec un concert peut être trop court et certainement programmé beaucoup trop tôt dans la journée…

Pas le temps de souffler on cours vers la grande scène acclamer The Asteroïds Galaxy Tour, vraiment efficaces en live. Un beau moment ! Il est temps ensuite d’aller découvrir Get Well Soon accompagné pour l’occasion par l’orchestre national d’île de France, pour un résultat magnifique bien que quelque peu assommant il faut le dire…

La pluie commence à tomber, mais courageux on repart du côté de la grande scène, pour assister à un concert de Dionysos toujours aussi incroyable ! Mené par un Mathias survolté, on découvre une nouvelle fois avec plaisir leur univers si déjanté. Mathias y étant pour beaucoup, n’hésitant pas à slamer dans la fosse de la grande scène pour aller jusqu’à escalader la régie ! Un moment complètement fou !

C’est ensuite The Shins que nous irons écouter. Auteurs d’un très bon dernier album, on écoutera les américains d’assez loin, mais suffisement pour profiter de leur rock rêveur. Mais pour être honnête, nos esprits sont ailleurs, car il est maintenant temps de rejoindre Bloc Party ! Après l’immense déception de leur dernier album, nous craignions autant ce moment que nous l’attendions. Mais Kele et sa bande nous feront vite oublier nos doutes, avec un set enragé marquant leur grand retour. Cela faisait tellement longtemps que l’on rêvait de voir en live des titres comme Banquet, Helicopter ou surtout This Moderne Love ! Frissonnant !

On fera un détour vers Placebo, pour écouter de loin, histoire de dire… Ce qui nous motivera d’autant plus à aller voir Miike Snow. Les suédois que nous avons eut la chance de rencontrer un peu plus tôt dans la journée grâce au programme “Ouvre tes Oreilles” ; une très belle rencontre avec des mecs adorables et accessibles. Quand à leur live, à la tombée de la nuit, il sera parfait. Beaucoup plus enlevés que sur leurs albums, leurs morceaux réveilleront littéralement Rock en Seine. La plus belle surprise de cette journée !

Les jambes se font un lourdes à l’approche de la fin de cette journée, qui se clôturera par un live assez monstrueux de C2C. Même si l’ont est pas totalement fans de leur musique, les djs nantais mettront une panique par croyable sur la scène de la cascade. Dingue !

Samedi

Après une telle journée la veille, on est plutôt content de voir que samedi la programmation se veut beaucoup moins intense. On s’y rendra toutefois dès l’ouverture pour être sûrs de ne pas rater nos chouchous de Granville. Assez méconnus il a de ça quelques mois, leur ascension est assez incroyable, le groupe originaire de Caen aujourd’hui devenu un des ambassadeurs phare de cette nouvelle vague française. Avec leur pop chaude et dansante, les Granville confirment tous les espoirs que l’ont avait en eux.

On continue ensuite avec nos compatriotes niçois d’Hyphen Hyphen ! Déjà vu il y a 2 mois à Solidays, nous n’avons pas pu nous empêcher d’aller les revoir, tant leurs lives sont impressionnants. Ils ne décevront pas, devant un public au rendez-vous semblant plus qu’apprécier l’electro pop des français que l’ont n’est pas près d’arrêter.

Nous voilà dans le ventre mou de la journée, où nous décidons d’aller écouter Deus après quelques passages aux différents stands du festival. On est heureux de voir enfin les belges sur scène nous dévoiler pour l’occasion leur nouvel album “Following see”.  Mais ce sont The Bewitched Hands qui nous attendent maintenant ! On ne compte plus les fois où l’ont aura vu les rémois en live, toujours aussi renversants. Mais cette fois, l’événement était de taille afin de découvrir quelques morceaux de leur nouvel album à venir “Vampiric Way”. Et autant vous dire qu’il s’annonce énorme. On filera aussi voir la fin de Noel Gallagher. Le terrible frangin de la pop britannique nous enchantera par ses mélodies toujours aussi percutantes et nous envolera complètement lorsqu’il reprendra les plus grands tubes d’Oasis. Un très beau moment.

Histoire d’attendre LE concert de la soirée, nous nous rendons au concert d’Eagles of Death Metals. Un grand n’importe quoi terriblement bien orchestré, mené par son leader Jesse Hughes aussi génial que cinglé. Une belle surprise ! Nous décidons tout de même de partir avant la fin, histoire d’être placés au mieux pour The Black Keys. Et nous avons eut du flair, car c’est une immense marée humaine qui commence à se ruer du côté de la grande scène ; les américains sont attendus de pied ferme. Leur set en aura peut être déçu plus d’un, les américains jouant près de la moitié de leurs morceaux issus de leurs premiers albums, loins d’être aussi adoubés et célèbres que “Brother” ou “El Camino”. Mais l’ambiance est bien là, le public exalté chante en coeur sur “Thighten Up” et “Lonely Boy”. Comme on pouvait s’y attendre, le grand moment de cette journée !

Avant de regagner le métro, on fera un stop par Agoria. Avec un Rock en Seine transformé pour l’occasion en immense rave, le dj co-fondateur du label infiné transcende le public en envoyant du très très lourd ! Le temps de se déhancher quelques minutes, la fatigue se fait sentir, nous décidons alors de regagner le métro tranquillement…

Dimanche

Les courbatures se font de plus en plus présentes, mais c’est une journée de taille qui nous attends ! Là encore présents dès l’ouverture, nous nous rendons immédiatement du côté de Friends. Grande révélation de ces derniers mois, on attendait beaucoup de la pop suave et sexy des New-yorkais. Et ce sera la grande déception, avec un live sans contenance, sans ambiance, loin, très loin du coup de massue que l’on avait pris en écoutant “I’m is Girl” ou encore “Mind Control”. Espérons que le groupe n’ait pas été dans un très bon jour…

Il est maintenant l’heure de regagner tranquillement la grande scène pour retrouver Stuck in the Sound. Les parisiens y livreront un set de bonne qualité, devant un public acquis à leur cause. Eux que l’ont avait vu il y a plus de quatre ans au Pantiero, devant quelques centaines d’individus, nous sommes heureux de voir le chemin accompli depuis. Chapeau !

On commence à croiser de plus en plus de fans de Greenday aux looks improbables, ce qui nous rappellera ce qui est soit disant “l’événement” de la journée. Hum… Nous remontons à contre courant afin de nous rendre très tôt du côté de Passion Pit, l’un des concerts que l’on attendait le plus. Michael Angelakos, impressionnant, est en pleine forme et enchaîne les tubes devant un public totalement survolté. L’heure de concert passera bien trop vite, mais nous confirmera tout le talent des américains. Pour le moment, l’un des meilleurs concerts de Rock en Seine !

Le temps de retomber sur terre, nous rejoignons Grandaddy, pour découvrir le groupe emblématique qui a tellement fait parlé ces derniers temps suite à sa reformation. On écoutera de loin, tranquillement allongés dans l’herbe, où nous vivrons un beau moment grâce au rock psyché et synthétisé des vétérans américains. On file du côté de Little Dragon, assez curieux de voir ce que cela donne en live. Le résultat est plutôt pas mal, entraînant, porté par une Yukimi Nagano déchainée. Mais pas le temps d’attendre la fin du concert, il faut se ruer du côté de la Cascade.

Un véritable dilemme en cette fin de journée… Aller acclamer les Foster the People ou succomber à la pop rêveuse de Beach House ? Il faut dire que les organisateurs n’ont pas vraiment été inspirés en programmant les deux groupes en même temps… Ce sera finalement Foster the People qui récoltera le plus de suffrages, on se rassure en se disant que si l’on veut vivre un vrai gros dernier concert, c’est maintenant ! Et nous l’avons eu notre grand moment ! Eux que l’on avait découvert il y a de ça près d’un an au Silencio entourés d’une vingtaine de personnes, force est de constater que le groupe a fait un chemin incroyable depuis. Après 20 mois de tournée autour du monde, Rock en Seine marque pour les américains une de leur dernière date, forcément très spéciale pour eux, comme nous le confiera Mark Foster. Leur set  survitaminé sera remplie de tubes ; tout le monde est en transe et une véritable communion se créée avec le public. Le final sur… “Pumped up Kicks”… forcément, sera incroyable d’intensité.

Des étoiles pleins les yeux, la fin approche… On décide tout de même d’aller jeter un coup d’œil du côté de Greenday. Bien mal nous en a pris. Chaque morceau semble joué à moitié, Billie Joe ne peut pas s’empêcher de lâcher des “Oh Oh Oh” à chaque refrain, le tout dans une ambiance digne d’une kermesse avec lâchés de t-shirt et arrosages du public avec lance à eau. On restera 30 minutes, pas une de plus.

Rock en Seine 2012, c’est donc fini. C’est heureux que nous rentrons, avec la sensation d’avoir vécu cette année encore une très belle édition. Le plus gros bémol revenant tout de même à une programmation sans réelle tête d’affiche (Placebo, Greenday, sérieusement ?) pour clôturer un festival qui fêtait tout de même ses 10 ans ! Encore merci à Sony et au programme “ouvre tes oreilles” qui nous aura permis de vivre le festival de la plus belle des manières ! (Et merci à Nivrae pour ses belles photos).

Mais ce n’est pas fini ! Pour vous faire profiter, vous aussi, de ce très beau nouveau casque Sony V55, nous avons deux exemplaires à vous offrir ! Envoyez nous un mail à jeux2muchponey@gmail.com avec comme objet “Casque Sony”, vos coordonnées complètes et la chance décidera de votre sort !

M. & A.

Author

6 Comments

  1. UngarsOrdinaire Reply

    Super Récap pour un Rock en Seine 2012 vraiment bon ! A jouer pour le concours, Merci Sony et merci 2MP ;)

  2. UngarsOrdinaire Reply

    Super Récap pour un Rock en Seine 2012 vraiment bon ! A jouer pour le concours, Merci Sony et merci 2MP ;)

  3. Étant plutôt rock qu’électro je dois dire que C2C a été la grande surprise de roc k en seine pour ma part! Très bon résumé en tout cas;-)

  4. Étant plutôt rock qu’électro je dois dire que C2C a été la grande surprise de roc k en seine pour ma part! Très bon résumé en tout cas;-)

  5. Honte à cet article. Grosse honte . Et la, vous allez me dire “ohhhh, pauvre fille, c’est parce qu’on a critiqué le groupe Green Day ?”. L’article est complet, il y a une bonne écriture avec des paroles franches, mais c’est inacceptable de “rejeter” le concert de Green Day, sans même y inclure une photo. En tout cas, Green Day, c’est 22 ans de carrière, c’est une récompense pour le meilleur show de toute la décennie par le mag “rolling stones” (BIAB en 2004), et il y a quelque chose que tu as ignoré, c’est que les trois quarts du public de foster the people, ont justement quitté la scène pour rejoindre le concert de Green Day.

    Respecte un peu le groupe, car il est très apprécié, et par respect, inclure une photo de ce passage aurait été la moindre des choses.

  6. Honte à cet article. Grosse honte . Et la, vous allez me dire “ohhhh, pauvre fille, c’est parce qu’on a critiqué le groupe Green Day ?”. L’article est complet, il y a une bonne écriture avec des paroles franches, mais c’est inacceptable de “rejeter” le concert de Green Day, sans même y inclure une photo. En tout cas, Green Day, c’est 22 ans de carrière, c’est une récompense pour le meilleur show de toute la décennie par le mag “rolling stones” (BIAB en 2004), et il y a quelque chose que tu as ignoré, c’est que les trois quarts du public de foster the people, ont justement quitté la scène pour rejoindre le concert de Green Day.

    Respecte un peu le groupe, car il est très apprécié, et par respect, inclure une photo de ce passage aurait été la moindre des choses.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It
%d blogueurs aiment cette page :