Cameron Crowe s’entoure de Matt Damon et de Scarlett Johansson pour nous raconter l’histoire vraie de Benjamin Mee qui en plein deuil acheta un Zoo en ruine. 2h03 de bons sentiments, de conformisme et de violons.

Père célibataire, Benjamin Mee a bien du mal à élever ses deux jeunes enfants. Espérant resserrer les liens familiaux, il décide de prendre un nouveau départ, plaque son travail et achète une vieille maison sur une immense propriété, qui a la particularité d’abriter un zoo délabré. Plusieurs dizaines d’animaux, ours, tigres et bien d’autres, vivent en effet au Rosemoor Animal Park, où la gardienne Kelly Foster et son équipe dévouée tentent de maintenir les installations tant bien que mal. Sans la moindre expérience, avec très peu de temps et d’argent, Benjamin Mee et les siens vont tout mettre en œuvre pour réhabiliter le zoo et vivre ainsi leur plus grande aventure…

La bande annonce et l’affiche nous avait pourtant mis la puce à l’oreille. Comme une immense pancarte avec écrit “Attention Navet” en rouge qui clignotait dans notre tête. Bien décidé à se passer de ce Nouveau Départ, la Presse et surtout certains blogeurs qu’on ne citera pas, nous avaient convaincu que ce Cameron Crow (Jerry Maguire, Vanilla Sky) valait le coup d’œil. On s’y prendra à deux fois avant de les écouter à nouveau, c’est dit !

Pourtant plein de bonnes intentions, Nouveau Départ commence bien. Un père un peu à la ramasse, une petite fille toute mignonne, un adolescent en pleine rébellion et surtout la découverte du Zoo et de tous ces animaux nous paraissaient gentilés et plutôt bien foutus. Une histoire qu’on avait envie de découvrir, de suivre et à qui on commençait à laisser une chance.  Malheureusement l’espoir n’aura duré que quelque moment… Car à peine Benjamin Mee et sa petite famille installés, Nouveau Départ vire à la catastrophe ! Bloqué dans un pathos insupportable, Nouveau Départ ne décolle jamais et surtout ne surprend pas une seule fois. Vous avez regardé la bande-annonce ? Pas la peine de vous rendre au cinéma, tout y est dit. Père malheureux –> achat zoo –> nouveaux problèmes –> bataille pour ouvrir le parc –> enfants qui découvrent l’amour –> Soucis éloignés –> Matt + Scarlett –> bonheur.  Dans ce monde de bisounours, Cameron Crow fait l’immense erreur d’aller chercher les larmes du spectateur. La subtilité n’est alors pas de rigueur et les violons peuvent commencer à jouer. Papa qui regarde les photos de Maman et qui s’effondre en larmes, Papa qui se dispute avec son fils qui lui rappelle trop maman, Papa qui repense à maman en vie . STOP ! A force d’en faire des tonnes et de vouloir émouvoir à coup de bulldozer, Cameron Crowe perd toute crédibilité et s’éloigne de son objectif initial.


Alors on reconnait que l’histoire reste mignonne et que Nouveau Départ devrait séduire une cible familiale (les enfants aiment bien quand on comprend tout très vite et que y a pas de grosses surprises, non?) mais quand bien même ! Une fête au n’importe quoi entre un méchant inspecteur aigri, des employés du Zoo arriérés (Mais pourquoi donc Elle Fanning a-t-elle accepté ça ? ), une petite fille de 4 ans qui parle comme une adulte et un fils ainé digne successeur de Burton en dessins barrés … Sérieusement, un poil too much Cameron !

Coté scénario on vous l’a dit : aucune surprise. Un schéma narratif très classique (situation initiale, péripéties, résolution des péripéties, happy ending ) où les rebondissements ne sont pas de mise. Un jeu amusant aurait été de faire des paris avant le début de chaque scène sur ce qui va se passer du style : Il pleut à torrent depuis dix jours. Le parc ouvre demain. Que va-t-il se passer ? a) Une tempête va ravager le zoo et tuer tout le monde b) L’ouverture du zoo va être repoussée c) La pluie va s’arrêter et il ferra grand soleil ! Une idée ? Pas une fois on est surpris par ce qu’il se passe devant nous. Et on est assez effaré du manque d’imagination et de discernement du scénariste. Si bien que Nouveau Départ sera vite vu et très vite oublié !

Le film reste regardable grâce à un humour assez bien foutu et surtout grâce à la présence au casting de Thomas Haden Church (Another Happy Day, John Carter) qui apporte au film une bonne dose de sarcasmes et de cynisme. A ses côtés, un casting à qui on ne peut pas reprocher grand chose d’une Scarlett Johansson qui fait du Scarlett mais sans maquillage (Messieurs devraient aimer le spectacle quand elle porte sa chemise en jean…)  et un Matt Damon assez convaincant comme à son habitude mais coiffé de la pire des manières !

On est certes un peu cruel mais payer une place de cinéma pour voir ça c’est un peu cher payé ! Un film familial mignon qu’on aurait préféré regarder au fond de notre couette un dimanche soir et en mangeant des bonbons.

M.

Author

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It