Sorti en France en 2001 et troisième film du réalisateur américain indépendant Wes Anderson (A bord du Darjeling Limited, Fantastic Mr Fox…), La Famille Tenenbaum est le premier grand succès du cinéaste. Réunissant un casting de rêve (Owen Wilson, Bill Murray, Ben Stiller, Gwyneth Paltrow…) La Famille Tenenbam est un petit bijou d’originalité à la fois mélancolique, tragique et décalé à souhait. Un régal !

Chez les Tenenbaum, les enfants ont toujours été des génies. Tout jeunes, Chas était déjà un maître de la finance, Margot une dramaturge exceptionnelle et Richie un joueur de tennis hors pair. Mais un jour, Etheline, leur mère, demande le divorce. Elle ne supporte plus le caractère égoïste de Royal Tenenbaum, son mari. Cette crise familiale a une influence négative sur le développement personnel de leurs progénitures.
Vingt ans plus tard, Royal écume les palaces, Etheline s’adonne à l’archéologie, Chas tente d’élever ses deux fils après la mort de son épouse, Richie est un champion déchu et Margot s’est mariée avec un psy. Le père Tenenbaum annonce bientôt à ses enfants qu’il ne lui reste plus longtemps à vivre. Il souhaite se réconcilier avec eux et s’invite dans la maison familiale en prétextant une grave maladie.

Dès le commencement, on se dit qu’on est face à un film extraordinaire. Pendant les 10 premières minutes, un prologue magnifique sur fond d’instrumental de Hey Jude nous présente cette famille quelque peu atypique. Tous dotés de talents incroyables (la finance, le théâtre ou le tennis) Richie, Chas et Margot sont promis à un avenir des plus prometteurs. Ces premières minutes sont des plus fascinantes, intrigantes et magnifiques, entre joli conte pour enfants, histoire fantastique et drame en puissance. Ce prologue pose les bases du film et explique de la plus belle des manières pourquoi ces enfants prodiges ont plongé tour à tour dans une mélancolie inquiétante.

Un prologue musical très réussi donc. Et la suite de l’accompagnement musical ne fera que confirmer notre première impression. En plus d’être un très très bon film La Famille Tenenbaum jouit d’une B.O des plus réussies ! Paul Simon, Bob Dylan, John Lenon, The Clash, The Velvet Underground ou encore les Ramones sont tous réunis pour notre plus grand plaisir. Cette bande son est incroyablement riche et rajoute au film un petit côté très “vintage”. On retiendra surtout Needle In The Hay d’Elliot Smith absolument magnifique.

L’ensemble des personnages est exploité à la perfection et apporte au film une valeur ajoutée géniale. Cette Famille Tenenbaum n’a rien d’une famille ordinaire et chaque membre a une place essentielle dans le déroulement de l’intrigue. Tous les acteurs sont absolument géniaux et interprètent avec brio ces personnages sans queue ni tête. Une mention spéciale pour le trop rare Luke Wilson, la fascinante Gwyneth Paltrow et l’incomparable Bill Muray. De ce désordre permanent s’en ressort une alchimie totale entre les protagonistes qui s’aiment et se détestent continuellement. Jouissif !

La Famille Tenenbaum est avant tout un drame poignant. Les histoires de famille, des drames, un amour impossible, des révélations fracassantes rythment la vie de ces Tenenbaum. La mélancolie est omni-présente et donne au film des allures de drame.  Pourtant, chez Wes Anderson, tout est modéré, distillé, suggéré pour ne pas alourdir les propos. Ainsi, le côté très irréel du film, très décalé nous permet de voir le film avec un tout autre regard. Wes Anderson détient le secret de tourner les choses graves en dérision et de les rendre beaucoup moins sombres. Il s’en ressort une fraîcheur, une légèreté et les histoires des Tenenbaum n’en deviennent que plus passionnantes.

Il y a de la vie dans la Famille Tenenbaum beaucoup de vie. De la reconversion, de la recherche du pardon, du besoin de se repentir, de l’acceptation, de la dépression et de l’amour. Wes Anderson parvient à mélanger tous ces thèmes avec une aisance implacable ! On aime voir ce grand père égoïste chercher à reconquérir le coeur de ses enfants (adoptifs ou non) et sa virée avec ses petits enfants est des plus exquises. On aime voir Chas réaliser des exercices d’alerte au feu dans sa propre maison, voir Margot et Richie écouter des vieux disques sous une tente installée dans une chambre d’enfants, ou voir Raleigh pratiquer des expériences sur un pauvre adolescent débile !

Quant à la mise en scène elle est elle aussi des plus réussies. Des flash-backs, interludes musicales, voix off, sont utilisés avec beaucoup d’intelligence et donnent au film un faux rythme parfois déroutant mais très efficace. Grâce à cette mise en scène parfaitement maîtrisée, la caméra glisse d’une histoire à l’autre avec une fluidité incroyable. Que dire aussi du scénario ? A part dire qu’il est en tout point génial et épatent d’ingéniosité. Wes Anderson associé à Owen Wilson a écrit un scénario incroyablement riche et tellement imaginatif ! On se dit qu’il faut être sacrément doué  pour sortir de son esprit une telle histoire.

Vous l’aurez compris, La Famille Tenenbaum est en tout point réjouissant. Une petite perle du cinéma indépendant à la fois très drôle et profondément mélancolique. Un film à classer quelque part  entre Garden State et Little Miss Sunshine et à avoir dans sa DVDthèque idéale !

M.

Author

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It