Voyage, beauté, ciné, jeux vidéo et lifestyle
Home > Culture > Cinéma > Critique de film > Critique cinéma: Rendez vous avec un ange

Critique cinéma: Rendez vous avec un ange

Rendez-vous avec un ange est un drame de Sophie de Daruvar et Yves Thomas sortit le 1 juin 2011 en France, en toute discrétion.

Le film était présenté en séance spéciale au festival de Cabourg 2011(car déjà sortit).

Synopsis : Judith, jeune infirmière, s’efface tellement devant son mari Roland, tourmenté et en quête d’idéal, qu’elle n’arrive pas à lui dire qu’elle vient de se faire renvoyer. Quand il l’apprend, il se met à la suivre… et va tenter de découvrir ce qu’elle fait de ses journées.

Casting : Isabelle Carré, Sergi López, Maya Sansa

C’est l’histoire d’un couple que tout pourrait opposer mais que la vie a uni. Lui aime l’opéra et rêve d’interviewer une diva. Elle a été viré de son boulot d’infirmière et le cache à son mari en continuant à faire semblant d’aller bosser.

Elle est fragile, il parait si fort. Il est toujours derrière elle à tenter de la secouer et ne l’écoute pas. Aveuglé par ses rêves d’Opéra il ne voit pas l’étoile qu’il a à côté de lui.

Il découvre qu’elle lui cache quelque chose mais mettra du temps à découvrir que ça femme est un ange… mais pas n’importe lequel.

Attention ce n’est pas un film fantastique, même si il a un côté un peu magique.

L’histoire douce et simple d’un couple en crise qui essaye de se retrouver. D’une femme qui devient une héroïne et d’un homme qui n’arrive pas à le voir. C’est un amour qui renaît et des vies qui disparaissent.

Son rôle d’ange est dur, elle exerce des actes illégaux mais qui rendent tellement service :  L’euthanasie. Un grand sujet qui prête à débat mais qui est ici raconté d’un point de vue double (celle qui l’exerce et celui qui observe). Un sujet épineux qui touche beaucoup de monde mais un très jolie manière d’en parler.

La jeune femme se fait payer pour ses actes mais on voit au fur et à mesure que la valeur de cet argent change beaucoup pour elle. On se retrouve face à sa douceur et à la violence de ses actes, à sa force qu’elle cache si loin en elle.

Isabelle Carré est touchante, excellent dans le rôle de cette femme si fragile et écrasée en apparence. Sergi López colle bien de son côté à l’homme fort et un peu brute. Une opposition des personnages qui rend leur lien plus fort.

J’ai été fortement touché par ce film, qui déprime mais dont le ton reste juste et clair jusqu’au bout sans rien nous cacher.

La scène de fin du film est un cadeau des réalisateurs, chacun aura son interprétation, chacun verra ce qu’il a voulu voir et comprendre et c’est juste.

Je n’en ai pas entendu vraiment parler autour de moi lors de sa sortie, mais je vous le conseille vivement. C’est une grande histoire d’amour touchante et une aventure humaine.

En bonus, vous aurez le droit à une reprise de « Andy » des Rita Mitsouko par Isabelle Carré.

Ma note : 8/10 touchée

Public : tout public

Bande Annonce :

Mis à jour le

5 Responses

  1. iffic

    encore un film francais!!!bref un film auquel on comprend que dalle!!!et on s’ètonne du succès des films us!!les films francais sont en fait dèstinès à une èlite intello !

  2. iffic

    très simple je veux bien,!sauf que comme il est dit quelque part on nous laisse immaginer la fin!que l’on ne sait pas ce qui c’est passè entre son mari et l’homme qu’il raccompagne!l’a t’il tuè pour couvrir le secret de sa femme (il lui a parlè d’euthanasie)!bref c’est loin d’ètre carrè (!!!)comme tout bon film us qui se respecte!cdt

    1. Laisser place à l’imagination du spectateur est quelque chose qui ne se fait pas que dans le cinéma français :) C’est sur que dans les gros blockbusters US ont va tout t’expliquer de bout en bout histoire d’être sur de capter même le plus idiot des spectateurs. Mais sache que dans tous les pays il y a des films de ce genre qui te laisse une ouverture à la fin, une ouverture pour choisir ta fin.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :