Concert complet depuis des mois, les canadiens d’ Arcade Fire étaient attendus de pied ferme. Attendus d’autant plus que leur set à Rock en Seine l’été dernier avait du être interrompu à cause d’une pluie battante et avaient laissé aux festivaliers un souvenir impérissable bien qu’un peu amère. Une occasion en or donc de voir les talentueux canadiens et au sec cette fois!

Il fait chaud, très chaud au Zenith ce soir là quand d’autres canadiens ouvrent le bal, Karwka. Si aux premiers accords on reconnait l’inspiration Arcadienne, la comparaison s’arrêtera là. Des textes en français niais au possible, un son saturé à la limite du supportable, et une chaleur assommante. Le public ne s’y trompe pas et attends bien sagement l’arrivée sur scène des Canadiens mythiques!

Un changement de scène rapide et op le concert peut enfin commencer. Une sorte de bande annonce vieillotte en ouverture puis les images de The Suburb et les voilà! Ils sont Ready to Start et nous aussi!

Le groupe de Will Butler est survolté. Tous en nages, ils sont manifestement très en forme comme à leur habitude ! De rapides mots pour l’audience et Arcade Fire enchaîne les morceaux, ou plutôt devrons-nous dire les tubes! Neighborhood #1 Neighborhood #2, Rebellions, Neighborhood #3, Empty Room, We Used to Wait, No Cars Go … Un vrai bonheur! Pourtant l’ambiance peine à décoller. Si quelques fans sautent et hurlent les refrains de Keep the Car Running, les autres semblent insensibles au rock décapent et ultra-entrainant des canadiens! Il faut dire qu’on était habitué à voir Arcade Fire en festival où chacun lutte pour sa survie ou agglutiné sous un parapluie….

Arcade Fire calmera ses ardeurs pour jouer des morceaux plus doux, plus rares en live comme Haïti et surtout le magnifique Intervention. Les premiers frissons apparaissent et ne nous quitteront plus jusqu’au sublime Rococo.

Le moment de douceur terminé, le show reprend avec comme le nomme Will Butler la chanson de son grand père: The Suburbs! Un grand moment sublimé par les images de Scenes From the Suburbs (le magnifique court métrage réalisé par Spike Jonze) en arrière plan. D’ailleurs, il nous faut ici souligner l’incroyable mise en scène des canadiens. Une scène immense, magnifique où les protagonistes jouent aux “instruments musicaux” ( sorte de chaises musicales où chacun change de place et d’instruments à chaque nouvelle chanson), des petits pavillons et surtout la présence de 3 écrans en arrière plan projetant tour à tour images, vidéos, et surtout capture live du concert grâce à la présence de caméras sur scène au plus près des musiciens. De quoi vous donner le vertige tant le résultat est captivant!

Ils reviendront une fois pour jouer leur fantastique Wake Up. Là le public est au rendez-vous et la cohésion magnifique. Un moment chargé d’émotions. Près d’une heure quarante cinq après le début du concert, Arcade Fire clôture le spectacle avec Sprawl II, interprété par une Régine retournée en enfance.

A peine les canadiens partis, la foule se disperse déjà sans chercher trop à les faire revenir… Dommage.

Au final un concert réjouissant où on a apprécié la présence scénique et l’engagement époustouflant des Canadiens. Dommage que le Zenith ne se soit pas un peu plus embrasé pour rendre ce beau moment de live un concert inoubliable!

Set list:

1)  Ready to Start
2)  Keep the Car Running
3)  Neighborhood 2 (Laika)
4)  No Cars Go
5)  Haïti
6)  Empty Room
7)  Intervention
8)  Rococo
9)  Vampire/Forest Fire
10) The Suburbs
11) The Suburbs (Continued)
12) Month of May
13) Rebellion (Lies)
14) We Used to Wait
15) Neighborhood 3 (Power Out)
16) Neighborhood 1 (Tunnels)

Bis:
17) Wake Up
18) Sprawl II (Mountains Beyond Mountains)

Author

Comments

  1. De notre côté, on était à fond dedans ! Immense concert même si le public n’était pas aussi soudé que sous le pluie de Rock en Seine.
    En tout cas, on a fini sur les rotules et le groupe s’est donné vraiment à fond à ça fait plaisir à voir.
    Vivement qu’ils repassent !

  2. ça m’étonne parce que moi aussi de là où j’étais, je sentais une bonne ambiance un peu partout…
    N’ayant pas été à Rock en Seine, c’était la première fois que je les voyais et j’ai vraiment adoré, même si j’ai eu l’impression que niveau son, la puissance des basses a été préférée à la subtilité, on avait parfois du mal à entendre la voix.
    En tout cas merci pour les photos et les vidéos :)

    • 2MuchPoney Reply

      Attention on a jamais dit qu’il n’y avait pas d’ambiance! Seulement, quand vous vivez Arcade Fire en festival les voir au Zenith manque de charme…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It
%d blogueurs aiment cette page :