Rien à déclarer, dernier film de Dany Boon sortit il y a 2 semaines en France et un peu plus longtemps dans la “zone” concernée.

Après son succès avec “Bienvenue chez les ch’tis” Dany Boon fait son retour et monte plus au nord encore… aller plus haut pour s’enterrer encore plus profond.

Synopsis: 1er janvier 1993 : passage à l’Europe. Deux douaniers, l’un Belge, l’autre Français, apprennent la disparition prochaine de leur petit poste de douane fixe situé dans la commune de Courquain (France) et Koorkin (Belgique). Francophobe de père en fils et douanier belge trop zélé, Ruben Vandervoorde se voit contraint et forcé d’inaugurer la première brigade volante mixte franco-belge. Son partenaire français sera Mathias Ducatel, voisin de douane et ennemi de toujours, qui surprend tout le monde en acceptant de devenir le co-équipier de Vandervoorde et sillonner avec lui les routes de campagnes frontalières à bord d’une 4L d’interception des douanes internationales.

Casting : Benoît Poelvoorde, Bouli Lanners, Dany Boon, Eric Godon, François Damiens, Karin Viard, Michel Vuillermoz, Olivier Gourmet, Zinedine Soualem

Boon Boon Boon Boon …

Pas facile de vous parler de ce film sans m’arracher les cheveux. Je ne le comparerais pas avec Bienvenue chez les Ch’tis car je n’ai toujours pas réussi à voir le film en entier…

Rien à déclarer, c’est l’histoire d’un belge et d’un français qui sont fans de blagues potaches sur le voisin (qui n’est pas du même pays)… sous couvert d’une histoire de douane et de trafic pathétique de drogues.

Quand j’ai vu le film pas mal de choses me sont venues à l’esprit :

– trop de clichés, le film ne tient que sur des clichés

insultes gratuites dues aux clichés, on comprends vite qu’on est tous des cons

– déjà trop vu, méchant de la frontière d’en face je te hais mais tu va devenir mon pote surtout que je me tape ta soeur

Poelvoorde tu es lourd mais lourd !

Boon tu es pathétique, épuisant

– Histoire d’amour très bateau, pas crédible, très nulle

– On va montrer au monde qu’il y a toujours plus cons que les français, que les belges aussi ils en ont pas trop dans le ciboulot.

– l’histoire des méchants trafiquant de drogues est une catastrophe.

Dany Boon, tu prend les français pour des cons mais 2 fois de suite c’est pas sur que ça passe aussi bien !

Ah et puis la fin, elle est accablante

Ma note : 0/10, même Damiens ne remonte pas le niveau

Public: Beauf

Bande annonce :

Author

Blogueuse spécialisée dans les écrans. Partage son temps entre les bouquins, les jeux vidéo, les séries TV, le cinéma et les podcasts.

5 Comments

  1. Entendu au “Masque et la plume”, sur Inter : “Dany Boon a la bonhomie de Bourvil avec les tics de Louis de Funès.” Cherchez l’erreur.

  2. Critique très pauvre.

    A l’avenir, si vous voulez descendre un film, je ne peux que vous conseiller de le faire dans les règles.

    • Je suis chez moi, je fais ce que je veux :) Et je ne vois pas pourquoi je m’étendrai sur ce film de merde

  3. Dans les règles ? Quelles règles ? Depuis quand la critique cinématographique est-elle soumise à un panel de règles à respecter ?

    D’autant plus que la critique de Nivrae est assez exhaustive et à sa décharge, il aurait été difficile d’écrire un papier plus long tant le film est décevant. Mais on va quand même tenter de le faire.

    L’ennui avec “Rien à déclarer” est que tout y est décevant. Je vais tenter de m’expliquer, dans les règles donc. Et évidemment, ceci n’est que mon point de vue.

    – les acteurs sont peu inspirés (voire pas du tout). Poelvoorde est exaspérant. La lassitude est palpable à l’écran. A force de répéter inlassablement qu’il ne prend plus de plaisir à faire des films, je dois avouer qu’aujourd’hui, je ne prends plus de plaisir à le regarder faire des films. Il est loin “C’est arrivé près de chez vous”.
    Joachim Ledeganck, le petit garçon de huit ans qui joue le rôle du fils de Poelvoorde, n’a pas beaucoup de scènes mais la fin du film tient à son seul regard… et malheureusement, son interprétation est tout simplement mauvaise. Ne s’improvise pas acteur qui veut… mais on peut encore imputer cela à son jeune âge. Je serais néanmoins étonnée qu’on revoit ce petit écolier de Waterloo dans un film un jour.
    Dany Boon, dans son rôle de benêt naïf, candide et tolérant devient pathétique. C’est lisse et peu crédible.

    – le scénario n’est pas non plus très inspiré. Le cliché de base : l’amour/haine entre les Français chauvins (ah bon ? ça ne se voit pas dans le film) et les Belges racistes n’est pas crédible pour un sou.
    Pourquoi ne l’est-il pas ? Parce que même s’il existe un réel contentieux humoristique entre les Belges et les Français (oui, nous avons des blagues sur vous les Français et non, vous ne savez pas imiter l’accent belge), il y a une chose sur laquelle Dany Boon ne connait manifestement rien, c’est la situation de la Belgique.
    On pourrait presque croire dans ce film que le Belge est patriote, fier de son pays, raciste envers ses voisins. Or, il n’en est rien. Les Belges sont depuis des décennies bien plus occupés à s’embourber dans les querelles flamand/wallon.
    Le personnage joué par Poelvoorde n’existe pas. Il n’est qu’un cliché. Et plus encore, le cliché d’une personne ne connaissant manifestement pas vraiment les Belges.
    L’histoire d’amour est également très peu crédible. Dany Boon explique lui-même qu’on peut très bien remplacer la Belge et le Français par juif et musulman, noir et blanc… oui, effectivement, on ferait mieux.
    Parce que le racisme entre Belge et Français n’existe pas !! Roméo et Juliette sauce carbonnade flamande, ça ne peut fonctionner que s’il existe une haine réelle entre les deux parties. Or, il n’en est rien. Nous partageons la même langue, la même culture,… Voir cette pauvre Belge si angoissée à l’idée d’annoncer à sa famille qu’elle aime un Français, c’est extrêmement ridicule. Cela dit, on ne sait toujours pas pourquoi le père est aussi raciste envers les Français…
    Le trafic de drogue (avec une scène scatologique longue et pathétique) est franchement malsain. Bruno Lochet, le passeur malchanceux, m’a fait penser à Joe Pesci dans la série “Maman, j’ai raté”. Peu crédible dans ce cas puisque il s’agit ici d’un trafic de cocaïne avec de vrais méchants.

    – La mise en scène en elle-même est franchement fatigante. La chronologie n’est pas toujours très claire.
    Il y aurait encore tellement à dire… mais je pense qu’on peut s’arrêter là. Difficile de rééditer l’exploit de Bienvenue chez les Chtis ! Mais bien évidemment, même si la qualité du film est médiocre, il aura le temps de se faire une place dorée au box-office. C’est ça aussi d’être un auteur, réalisateur et acteur reconnu, on peut se permettre une erreur. La plupart des gens n’y verront que du feu et trouveront encore que “Rien à déclarer” est un petit chef d’oeuvre humoristique.

  4. Je pense que vu le postulat de départ, la critique aurait pu être écrite sans avoir vu le film, le résultat aurait été le même. Le reste du blog perd autant en crédibilité…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It
%d blogueurs aiment cette page :