Apres le formidable Suzanne, Katell Quillévéré est de retour avec Réparer les vivants. Une adaptation choc du roman de Maylis de Kerangal.

 

793058-reparer-les-vivants

 

Il y a quelque chose de formidable avec cette réalisatrice. Une capacité presque hors norme de parler de la famille, des drames qui la secouent, avec une extrême sobriété. Quand on voit Réparer les vivants, on se dit que seule Katell Quillévéré était capable de le faire sans tomber dans un pathos qui attendait à la porte. Réparer les vivants c’est l’histoire de Simon, un gamin de 17 ans, beau comme un dieu (du surf) qui va perdre ses ailes lors d’un idiot accident de la route. La mort cérébrale est annoncée. Les parents de Simon vont devoir se poser la question du don d’organes.

 

Entre flash black retraçant un peu l’histoire de Simon et plongée du quotidien de ceux qui restent, nous voilà à découvrir les vivants qui attendent le miracle. Parmi eux, Claire, malade du coeur qui attend sans attendre une transplantation. Veut-on vivre avec le coeur d’un autre ? C’est la question que pose le film.

 

532806-jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

 

Réparer les vivants c’est d’abord le film d’une réalisatrice talentueuse. La scène d’ouverture puis celle de l’accident sont d’une beauté hypnotique.Katell Quillévéré jouant dès le départ entre réalité et monde des songes. Cette ambivalence sera un peu présente en fil rouge, sans doute pour ne ne pas trop charger le propos déjà si lourd.

 

Si on trouve par moment que le film flirte un peu trop avec le monde des séries médicales, on se prend une immense vague d’émotion quand un coordinateur de l’hôpital exécute les dernières volontés de la famille. Presque irréel.

 

Sans qu’on comprenne comment, Réparer les vivants navigue entre moments de vie et ombre de la mort sans jamais en faire trop. Tout en subtilité la réalisatrice suit les chemins croisés de ces gens qui perdent ou gagnent tout en une nuit .

 

533900-jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

 

Ces gens sont d’ailleurs devant la caméra tous impeccables, d’Emmanuelle Seigner à Anne Dorval en passant par Tahar Rahim et Alice Taglionni.

 

Film vrai sur la vie, Réparer les vivants fait partie de ces films à part. Ceux qui vous hantent longtemps après le générique de fin. Courrez-y !

Author

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It