Alors qu’on ne croyait plus à leur retour, les Inconnus décident de donner une suite au cultissime Les 3 frères. Un retour qu’on avait hâte de découvrir !

068920
Ils sont trois,
Ils sont frères,
Ils sont de retour.
15 ans après, Didier, Bernard et Pascal sont enfin réunis… par leur mère…
Cette fois sera peut-être la bonne.

Il y a des films comme ça qui ont marqué notre jeunesse et qui ont réussi à passer de décennies en décennies sans en pâtir. Il y a des films comme ça qu’on connaît par coeur et qui nous font rire à chaque visionnage. Les 3 frères fait partie de ces rares là. Et si on pensait que Les Inconnus appartenaient au passé, les voilà qui remettent ça ! Une campagne promo énorme, des passages TV sur toutes les chaînes qui nous compilent les meilleurs sketches du trio comique français et nous voilà à nous dire que Bernard, Didier et Pascal nous manquent sérieusement ! Alors sans trop en espérer on a quand même eu envie d’aller le voir histoire de savoir si la magie opérait encore…

Dès les première minutes on sent la catastrophe arriver. En 15 ans rien n’a changé. Didier est toujours aussi heureux en couple, Bernard continue d’être le frère boulet et Pascal est celui à qui sourit un peu mieux… Et puisqu’ils n’ont pas changé, pourquoi ne pas refaire exactement la même chose ? Le synopsis est une pale copie du premier. Les 3 célèbres frères se retrouvent pour le retour des cendres de leur maman chanteuse. Evidemment, il est question d’argent. Un reliquat à payer (qui n’est pas sans rappeler un certain usufruit…) et trois frères en galère qui rêvent toujours de toucher 100 patates. Toujours trois frères qui se retrouvent par nécessité et non par envie. Toujours la même rengaine… Enfin, cela ne serait rien si les blagues étaient drôles. La aussi, belle désillusion. Les Inconnus choisissent la facilité et vont se contenter de recycler tous leurs sketches. Un One-Man Show pas terrible dans un théâtre et nous voilà à entendre “Bernard tu peux passer le plat”, des Marie-Thérèse en infirmières, une défonce à la MDMA où les lumières sont jolies et j’en passe, les Inconnus vous livrent ici leur Best-Off. Un pot pourri qui ne prend pas tant on a l’impression que ceux-ci ont pris le pas sur un scénario construit autour d’eux et non l’inverse. Bref une catastrophe niveau humour.

Les_Trois_Frères_Le_Retour

Le pire dans tout ce réchauffé, c’est sans doute les éléments ajoutés pour se la jouer moderne. Une fille qui surgit d’on ne sait où un peu racaille qui parle en verlan avec le pire accent de cité qu’on pouvait trouver, une petite bande casquette à l’envers qui envoie des “bouffons” à chaque fin de phrase nous voilà en 2014 selon les Inconnus. Ouai, pas sure que les trois gars bougent souvent de leur Auteuil, Neuilly, Passy…

Tout est ici catastrophique, du background au scénario, des blagues au jeu des acteurs qui font bien pire que se reposer sur leurs lauriers en passant par la mise en scène. Comme si les Inconnus pensaient que leur notoriété et l’affect du public suffisaient à faire un film. On aura ri une fois, vers la fin, et sourit deux-trois fois quand les Inconnus jouent avec les mots et les affiches de la banque, pour le reste on aura soupiré, déçu qu’en 2014 le plus grand trio comique français se la joue petit bras et feignant. Déçu que le trio ait finalement accepté ce projet pour des raisons assurément financières. A titre de comparaison, les Bronzés 3 étaient bien plus réussis…

Les_Trois_Frères_Le_Retour_2

Outre les 3 premières minutes où vous prenez plaisir devant les retrouvailles avec ce trio culte, l’ensemble du film est une catastrophe sans nom. Pas drôle, hasbeen, bâclé et mal joué, Les Trois frères le retour est un navet digne de ce nom ! Oubliez le, oubliez les et remettez dans votre lecteur Blu-Ray Ze Inconnus Story pour retrouver les seuls Inconnus dignes d’être connus !

Author

Cinéphile aux lacunes exemplaires, mon coeur bat aussi pour la musique, les chaussures léopard et les romans de Bret Easton Ellis. Maman de 2muchponey.com, niçoise d'origine, parisienne de coeur, je nage en eaux troubles avec la rage de l’ère moderne et la poésie fragile d'un autre temps. Si tu me parles de Jacques Demy je pourrais bien t'épouser.

Comments

  1. Thomas PERILLON Reply

    Effectivement, ce retour là était hautement dispensable. Le plus triste c’est qu’après vingt minutes, tu n’as toujours pas esquissé le moindre sourire – inquiétant pour une comédie.

  2. Thomas PERILLON Reply

    Effectivement, ce retour là était hautement dispensable. Le plus triste c’est qu’après vingt minutes, tu n’as toujours pas esquissé le moindre sourire – inquiétant pour une comédie.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It
%d blogueurs aiment cette page :