Annoncé comme le renouveau de la saga Superman, on avait fondé dans ce Man of Steel beaucoup d’espoir. Un certain Zach Snyder derrière la caméra nous aura définitivement convaincu que Man of Steel pouvait bien être le blockbuster à la sauce Nolan de l’année.

Un petit garçon découvre qu’il possède des pouvoirs surnaturels et qu’il n’est pas né sur Terre. Plus tard, il s’engage dans un périple afin de comprendre d’où il vient et pourquoi il a été envoyé sur notre planète. Mais il devra devenir un héros s’il veut sauver le monde de la destruction totale et incarner l’espoir pour toute l’humanité.

Il faut déjà préciser que l’on aura vu ce Man of Steel dans des conditions bien étranges. Invité par Nokia à l’avant-première dans le cadre du Cinéma Paradiso on aura été bien déçu du résultat. Si le lieu reste merveilleux et terriblement bien pensé (espace dédié aux retro gaming, rollers, dinners emménagés pour l’occasion…) le drive-in installé sous la voute du grand palais est très certainement la pire idée de 2012. Même si on est impressionné par la taille de l’écran que dire des conditions pour regarder un film ? Alors que vous bougez dans tous les sens pour essayer de trouver un semblant de position confortable vous commencez à déplacer votre casque qui n’en finit plus d’appuyer sur vos oreilles. Vous finissez par enlever d’ailleurs le dit casque et écouter autour de vous le vrombissement permanent du grand Palais. D’ailleurs, vos yeux risquent de se détourner souvent de l’écran tant votre regard est attiré par tout ce qui à autour. Bref, après 2h30 proche de l’enfer, vous sortez de là, les oreilles rouges, le dos vraiment en sale état avec une migraine affolante. Difficile alors de juger d’un film objectivement mais essayons quand même.

MAN_OF_STEEL_1

Zach Snyder n’aura pas mis plus d’une demi-heure pour nous perdre. Intro complètement WTF à base de Boum et d’explosions, de méchants très méchants et de papa Superman prêt à tout pour sauver l’héritage Krypton. Des scènes sans doute excitantes d’un point de vue technique qui assurent vraiment mais qui nous auront complètement laissée sur le carreau. Personnellement pas fan des films de super héros dynamités à l’action, on passera de longues minutes à se demander ce qu’on fout là.

Le gros problème dans ce Man of Steel résidera dans son scénario très moyen qui prend le spectacteur par la main pour tout lui dire et tout lui montrer. Zack Snyder prend un peu le spectacteur pour un con et considère que si il ne montre pas TOUT à l’écran, celui-ci risque de ne pas saisir les enjeux de son film. Résultat, on se retrouve avec un film fleuve de 2h20 interminable qui nous paraît d’une bêtise sans nom.  Le réalisateur tombant dans tous les pièges et tous les clichés qui lui tendaient les bras d’un héros qui doute, qui n’est pas compris mais qui finalement va trouver sa voix (celui-là de scoop) Avec Zack Snyder on regresse un peu tant il réalise son Man of Steel comme un blockbuster pour débiles sorti en plein milieux de l’été.

MAN_OF_STEEL_2

On passera alors 2h20 à se demander ce que le réalisateur voulait faire tant avec Man of Steel il ne raconte absolument rien. On a alors l’impression d’assister à une introduction à autre chose. A une introduction à une nouvelle saga qui sera sans doute plus intéressante que cette mise en bouche fade et vraiment insignifiante.

Si l’action nous aura complètement laissé de marbre faute à des explosions toutes les 3 minutes on passera aussi côté émotion puisqu’il ne se dégage absolument rien de ce Man of Steel. Ni compassion pour un héros assez transparent ni pour des personnages secondaires, pour le coup vraiment secondaires. On passe alors à coté de toute émotion et on se met à regarder le film avec une distance inquiétante. On se fout un peu du combat de Superman contre Zod autant que de son combat personnel et la romance naissante avec Lois Lane tombe comme un cheveux sur une soupe vraiment peu appétissante. Là ou on voyait l’héritage Nolan se bâtir, on tombe vraiment de haut et on attend patiemment (ou presque) que toute cette mascarade s’arrête.

MAN_OF_STEEL_3

Constamment dans la surenchère, Zack Snyder a sorti la grosse artillerie pour livrer son interprétation de Superman. Une nouvelle saga bâtie à coup de bulldozers qui nous aura autant ennuyé qu’agacé.  Un film sans intérêts qui ne nous aura pas réconcilié avec le héros à la cape rouge.

Author

Cinéphile aux lacunes exemplaires, mon coeur bat aussi pour la musique, les chaussures léopard et les romans de Bret Easton Ellis. Maman de 2muchponey.com, niçoise d'origine, parisienne de coeur, je nage en eaux troubles avec la rage de l’ère moderne et la poésie fragile d'un autre temps. Si tu me parles de Jacques Demy je pourrais bien t'épouser.

Comments

  1. Guillaume Reply

    J’ai eu exactement le même ressenti.

  2. Guillaume Reply

    J’ai eu exactement le même ressenti.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It
%d blogueurs aiment cette page :