Le film culte d’Eric Bress et J. Mackye Gruber est sorti le mois dernier en Blu-Ray. Une occasion unique de re-découvrir un des films cultes des années 2000.

Une théorie prétend que si l’on pouvait retourner dans le passé et changer quelques détails de notre vie, tout ce qui en découle serait modifié. On appelle cela “l’effet papillon”. Evan Treborn a cette faculté. Fasciné, il va d’abord mettre ce don au service de ceux dont les vies ont été brisées dans leur enfance. Il peut enfin repartir dans le passé et sauver la seule jeune fille qu’il ait jamais aimée.
Mais Evan va découvrir que ce pouvoir est aussi puissant qu’incontrôlable. Il va s’apercevoir que s’il change la moindre chose, il change tout. En intervenant sur le passé, il modifie le présent et se voit de plus en plus souvent obligé de réparer les effets indésirables de ses corrections…

Il y a des films comme ça qui vous surprennent par leur qualité et leur propos très différent de ce que nous voyons actuellement. En 2004, j’avais 16 ans quand j’ai découvert l’Effet Papillon qui s’est révélé être un des films qui m’a fait aimer le cinéma. Huit ans après (dieu que le temps passe) l’Effet Papillon ressort en Blu-Ray histoire de vérifier ensemble si Evan et ses saignements de nez n’ont pas pris une ride.

Film complètement construit autour de la théorie du chaos, l’Effet Papillon tient son histoire autour de la simple interrogation du “What if ? ” porté par un héros qui cherche le bonheur absolu, la rédemption et le bonheur autour de soi. Pendant près de deux heures, le héros va remonter le temps à la recherche d’un meilleur présent pour lui mais surtout pour les autres. Pour cela et grâce à son don, Ethan va retourner à la source des problèmes, cherchant un point d’entrée, un évenement marquant qui a pu faire basculer les choses pour ainsi remettre de l’ordre dans sa vie et celle de ses propres. Evidemment, chaque action modifiée dans le passé modifie le présent originel et ce jeu est sans fin. Elliptique, amnésique et sélective, la narration, à l’image de la mémoire du héros, va se concentrer sur des moments de vie qui ont pu avoir de lourdes conséquences sur le présent. Construite autour de trois périodes de la vie des quatre personnages du film (l’enfance, l’adolescence et l’entrée dans l’âge adulte), elle est le point fort de L’Effet papillon.

Même si l’Effet Papillon a des allures de film de Science Fiction, c’est le contour dramatique que l’on retiendra surtout. Très noir, l’effet papillon se révèlera d’une incroyable puissance émotionnelle qui fait ressortir sans arrêt la question de la perfection et du bonheur absolu. D’ailleurs à voir Evan se débattre autant avec ses démons nous fait réfléchir à notre propre condition et à notre propre bonheur. Ce ne sont plus ses traumatises et ceux de ses amis qui nous apparaissent mais les notres et ceux qui nous entourent. L’introspection peut alors faire son travail et l’Effet papillon nous restera en mémoire longtemps après le générique de fin.

Si l’on peut reprocher au film de finir sur une note un peu trop positive et simpliste, on est ravis de voir que sur cette édition Blu-Ray la version Director Cut est présente. Plus sombre et plus en adéquation avec le ton général du film, cette version mérite à elle seule l’achat du Blu-Ray histoire d’être mis completement chaos suite à cet hypercut. Dans les bonus du Blu-Ray on trouve aussi de nombreuses scènes coupées, des reportages tous plus intéressants les uns que les autres sur la théorie du chaos, le voyage dans le temps et sur la genèse du film ainsi que des anecdotes et une comparaison entre le storyboard et le rendu final qu’on ne voit pas souvent sur des éditions DVD ou Blu-Ray.

C’est dans une sublime édition que Metropolitan Filmexport propose depuis le 02 Novembre 2012 l’Effet papillon en HD. Le film, n’a pas pris une ride et fonctionne toujours aussi bien. Difficile alors de sortir indemne de ce voyage dans le temps là grâce à des acteurs au sommet, à un rythme effrayant et à une tension omniprésente. Brillant !

Découvrez d’autres oeuvres sur Cinetrafic dans des catégories aussi diverses et variées que bon film ou celle consacrée aux meilleurs films

M.

Author

Cinéphile aux lacunes exemplaires, mon coeur bat aussi pour la musique, les chaussures léopard et les romans de Bret Easton Ellis. Maman de 2muchponey.com, niçoise d'origine, parisienne de coeur, je nage en eaux troubles avec la rage de l’ère moderne et la poésie fragile d'un autre temps. Si tu me parles de Jacques Demy je pourrais bien t'épouser.

Comments

    • 2MuchPoney Reply

      L’image est assez décevante surtout lors de scènes de nuit ou d’intérieur peu éclairés. Heuresement le son rattrape ça parce que pour le coup tu en prends plein les oreilles. L’immersion est totale !

    • L’image est assez décevante surtout lors de scènes de nuit ou d’intérieur peu éclairés. Heuresement le son rattrape ça parce que pour le coup tu en prends plein les oreilles. L’immersion est totale !

      • InThe Blix Reply

        Arf, dommage que l’image ne suive pas… :(

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It
%d blogueurs aiment cette page :