Cinéma, voyages, jeux vidéo et bien d'autres sujets !
Home > A la une > [Cinéma] Bilan 2017 : Ils ont marqué l’année cinéma

[Cinéma] Bilan 2017 : Ils ont marqué l’année cinéma

2017 touche à sa fin. C’est l’occasion de faire le bilan de l’année passée. Comme l’an dernier, nous partagerons avec vous nos coups de cœur et déceptions cinéma de l’année. Mais avant ça, voici un tour d’horizon des personnalités ciné 2017.

6 Réalisateurs

Débutons avec les metteurs en scène qui auront su nous captiver. À savoir Darren Aronofsky, Kathryn Bigelow, Damien Chazelle, James Gray, Rian Johnson et David Lowery.

À l’heure qu’il est, je ne sais toujours pas vous dire si j’ai aimé ou pas le Mother ! de Darren Aronofsky. Ce qui est par contre certain, c’est que je me souviendrai longtemps de la séance et des sensations étranges que j’ai éprouvé. Le réalisateur est passé maître dans l’art de la provocation. Impossible de savoir si c’est une bonne chose ou pas mais, en tout cas, il marque les esprits.

Le cinéma de Kathryn Bigelow est d’une puissance et d’une tension folles. Nous en avons eu une nouvelle preuve cette année avec son très réussi Détroit dans lequel elle parvient à tenir en haleine le spectateur durant près de 2h30.

J’admets avoir pensé que Whiplash était sans doute un petit miracle sans suite. J’aime me tromper de la sorte. Damien Chazelle touche à la perfection avec son La La Land, un instantané culte qui marquera les mémoires. Un Oscar pas volé !

La sortie d’un James Gray est toujours un petit événement en soi pour les cinéphiles. Une nouvelle fois, il est parvenu à nous éblouir par son talent avec The Lost City of Z.

J’étais passée à côté de son pourtant acclamé Looper. Alors que les débats font rage au sujet de son Star Wars VIII Les Derniers Jedi, c’est sans aucun doute que je me place dans le camp de ses défenseurs. Il fallait en avoir pour bouleverser l’univers Star Wars de la sorte !

C’est décidément l’année de la réconciliation… Les amants du Texas m’avait laissé froide. Je n’avais pas été beaucoup plus éblouie par sa relecture de Peter & Elliott le dragon. Et pourtant, avec A Ghost Story David Lowery m’a touché en plein cœur. Un film à part et étrange qui nous interroge.

6 Actrices

Deux années de suite qu’Amy Adams se retrouve dans les actrices de l’année. Elle est partout ! Si je n’ai pas adhéré à Nocturnal Animals, il n’y a rien à dire sur le travail de l’actrice qui est exemplaire. Elle sort même de sa zone de confort pour se fondre dans la peau d’un personnage plus dérangeant qu’à son habitude.

L’actrice française de l’année, il semblerait bien que ce soit Juliette Binoche. Son énergie dans Un beau soleil intérieur risquerait bien de lui valoir un César en début d’année 2018.

Vous n’avez pas pu passer à côté de Nicole Kidman en 2017, la belle australienne était sur tous les fronts. De Mise à mort du cerf sacré à Les Proies en passant par la télé avec Big Little Lies, impossible de l’éviter. Et on aurait eu tort de s’en priver tant elle a été impeccable dans tous ses rôles.

Jennifer Lawrence s’est faite un peu plus discrète sur ces dernières années puisqu’on n’a pu la voir que dans un film. Mais quel film ! Avec Mother ! elle nous montre toute l’étendue de son talent et fait taire ses derniers détracteurs. Bien joué Jen !

Quant à Rooney Mara, on peut vraiment dire qu’elle devient la muse du ciné indé américain. Si on a pu l’apercevoir brièvement dans le trop classique Lion, c’est surtout dans Song to Song de Malick et A Ghost Story de Lowery qu’elle marque (encore) des points.

Terminons avec l’actrice de l’année qui est sans conteste Emma Stone, oscarisée en Février dernier pour son rôle dans La La Land. La pétillante rouquine continue à captiver les spectateurs avec ses grands yeux verts. Vous avez également pu la voir en fin d’année dans Battle of the Sexes dans lequel elle prend plus de risques qu’à son habitude. Hâte de voir la suite de sa carrière après ce petit trophée qui devrait changer pas mal de choses.

6 Acteurs

Si Binoche est la favorite pour les César, côté homme on pourrait bien parier dès maintenant sur Jean-Pierre Bacri. Dans Le Sens de la Fête, il parvient à faire rire et émouvoir le spectateur avec son personnage de grincheux (forcément) chef d’orchestre du mariage.

Passionnante la carrière de Colin Farrell. L’acteur bascule d’une année sur l’autre de la catégorie has been à la catégorie in. 2017 est un très bon cru pour lui, puisqu’il a brillamment donné la réplique à Nicole Kidman à deux reprises (Les Proies et Mise à mort du cerf sacré).

Ryan Gosling aussi était partout. Vous avez pu profiter de sa frimousse dans La La Land, Song to Song et Blade Runner 2049. On peut admirer le choix des genres et des réalisateurs, qui est quand même pas dégueu. Good job Ryan.

Triste année pour les fans d’X-Men qui ont dû dire au revoir à Logan et donc à Hugh Jackman. Quel dommage de voir qu’ils ont attendu le dernier film dédié au héros pour faire un film potable voire plaisant.

Revenons en France avec chouchou Pio Marmaï, notre Ryan Gosling à nous. Et oui, comme le blondinet, notre Pio a monopolisé les écrans cette année et a tenté plein de choses. Il était là pour accompagner le retour de Klapisch avec Ce qui nous lie, là aussi pour accompagner un réalisateur moins expérimenté avec K.O. et toujours présent pour fêter Noël aux côtés d’Alain Chabat avec Santa & cie. J’aime beaucoup ce rendement !

Et on termine avec Robert Pattinson (si on m’avait dit que je le mettrais dans les acteurs de l’année 2017 il y a 5 ans, je ne l’aurais pas cru). Encore un acteur récompensé pour sa présence et ses choix. Habité aussi bien dans The lost city of Z que dans Good Time, l’acteur britannique n’a aujourd’hui plus rien à prouver. Je suis conquise.

10 Révélations

J’adore les nouvelles têtes, c’est bien pour ça que, chaque année, je leur consacre une rubrique plus importante. Et cette année, la parité est à l’honneur avec 5 filles / 5 garçons.

Noée Abita a beaucoup fait parler d’elle au moment du Festival de Cannes au cours duquel elle a marqué les esprits dans le rôle d’Ava, une ado qui perd la vue progressivement et décide de profiter de son été malgré tout et en mode accéléré. Si la jeune actrice peut agacer (le rôle n’aide pas), la bouille de Noée Abita marque les esprits. Un petit côté Adèle Exarchopoulos.

Oui, je triche un peu en parlant d’Okja qui n’a pas bénéficié d’une sortie en salles mais tant pis, le film le vaut bien et son actrice principale également. Seo-Hyun Ahn est d’une justesse saisissante dans le rôle de cette enfant attachée à son animal.

Il n’y a pas que Hugh Jackman dans Logan. Le film vaut aussi le coup d’oeil pour la performance de la toute jeune Dafne Keen au regard perçant. Pas d’inquiétude pour Logan, la relève est assurée !

Quand on parle de gueule de cinéma, en voilà une vraie avec l’irlandais Barry Keoghan vu cette année dans Dunkerque et surtout dans Mise à mort du cerf sacré dans lequel il est tout simplement terrifiant.

Dans Grave, elle interprète cette jeune étudiante qui se découvre des tendances cannibales. Elle c’est Garance Marillier, une nouvelle actrice française, jumelle plus douce d’Alice Isaaz, qu’il faudra surveiller de près.

Il fallait un bon acteur pour interpréter le rôle de Grand Corps Malade dans Patients. Bon choix que celui de Pablo Pauly à la fois fort et doux, qui marque le film de sa présence tout en laissant aux autres la place d’exister. Un dosage pas si simple.

Mais celui-ci qui décrochera le César de l’Espoir ce sera bien l’acteur argentin Nahuel Pérez Biscayart qui aura séduit spectateurs et critiques en malade bavard dans 120 battements par minute ou en artiste muet dans Au revoir là-haut.

Vous allez me dire que Will Poulter n’est pas une découverte. En effet je connaissais son nom et son visage mais c’est bien la découverte de son talent que je signale ici. En jouant le flic raciste et imbuvable dans Détroit, il franchit un vrai pallier.

Fils ou petit frère de vient de se faire un nom à Hollywood. Bill Skarsgård a réussi à faire oublier l’interprétation de Tim Curry en Pennywise dans le nouveau Ça et ce n’était clairement pas gagné.

Et finissons en beauté avec la merveilleuse Doria Tillier qui pour son premier rôle au cinéma frappe un grand coup en campant Sarah Adelman dans Monsieur & Madame Adelman. Elle parvient à museler Nicolas Bedos, et c’est si beau.

Et vous, quels réalisateurs, acteurs & actrices ont marqué votre année ?

Découvrez nos autres articles :

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire