paradis-recto-verso

Qu’on l’attendait cet album ! Depuis près de deux ans en fait, surtout lorsqu’était sorti début 2015 leur dernier EP en date “Couleurs Primaires” contenant une pépite absolue qu’est Garde Le Pour Toi. Ce dernier titre, premier grand succès du duo, qui leur permettra de marquer de leur empreinte la scène française actuelle avec leur combinaison assez originale de sonorités technos et house mélangées à une voix légère chantée dans la langue de Molière.

 

L’histoire de Paradis commence en 2010, lorsqu’au fil d’une soirée parisienne banale, Simon Mény et Pierre Rousseau se rencontrent. En quelques heures leur collaboration s’imposera par elle-même, eux qui partagent une enfance passée aux quatre coins du monde et surtout des goûts musicaux tellement différents qu’ils en deviennent attirants. Car Pierre aime avant tout la musique disco et garage, lorsque Simon puise ses références du côté de la techno allemande et de la deep house américaine. On comprend alors mieux d’où vient l’identité si particulière de ce nouveau duo.

 

C’est le grand Tim Sweeney, animateur d’une radio électronique emblématique New-Yorkaise “Beat in Space” qui sera le premier à parier sur Paradis et à les lancer véritablement. Emballé par leur démo, il leur suggère d’accorder encore plus de place à la voix, et surtout de continuer sur le chemin du français. En mettant en avant La Ballade Jim, très rapidement les portes du monde entier s’ouvriront au duo, avec une vraie popularité aux Etats-Unis, en Allemagne, au Canada ou encore même au Mexique.

Fruit de trois années de travail, “Recto Verso” est un album extrêmement réussi, avec une vraie personnalité ; un objet à la fois ambitieux et courageux, qui ne pourra que vous toucher. Des paroles légères, mais toujours bien senties, auxquelles viennent s’ajouter à chaque morceau une instru, un rythme, ou encore un beat d’une efficacité folle.

 

On pourrait leur reprocher parfois de tomber dans la facilité, car oui certains morceaux peuvent se ressembler, mais qu’importe. Paradis nous livre là un premier album sincère, libre, et d’une douceur folle, bien qu’empreint de sonorités très aiguisées à en faire pâlir les dancefloors. Un “Recto Verso” contrasté, empli de dualité, et surtout profondément réussi.

Author

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It
%d blogueurs aiment cette page :