Avant de vous livrer le classement de nos films préférés de 2015, on avait envie de faire un petit retour sur les pires choses qu’on ait vu au cinéma cette année. Enfin les pires oui mais aussi les films qu’on attendait et qui nous auront beaucoup déçus. Petit flashback sur une année où se sont croisés grands films et merveilleux navets.

 

10. Jupiter : le destin de l’univers

 

'Jupiter_Ascending'_Theatrical_Poster

 

 

Sorti en février, Jupiter Ascending est la première déception de l’année. Les Wachowski, qu’on avait quitté avec le fabuleux Cloud Atlas, reviennent avec un film visuellement toujours aussi impressionnant mais totalement vide de sens. L’histoire bête et sans queue ni tête nous aura un peu fâché avec le duo créateur de Matrix. 2h07 à essayer de trouver quel acteur est le moins pire dans l’espace. Un indice ce n’est pas Eddie Redmayne.

 

9. Chappie

 

Chappie_poster

 

Encore un réalisateur qui déçoit. Cette fois-ci c’est Neill Blomkamp avec son Chappie. Si l’histoire nous plaisait sur le papier, le résultat en fut autre. Vide et presque débile, ce Chappie (chapo!) nous aura complètement indifféré. L’agacement n’était pas loin.

 

 

8. Mad Max : Fury Road

 

215297

 

Ha j’entends déjà vos huées… Et oui, alors que tout le monde déclare son admiration pour le nouveau Mad Max (admiration proche d’une religion pour certains) nous proclamons haut et fort que ce Mad Max n’est pas à la hauteur de sa réputation. A partir du moment où on fait demi-tour au milieu d’un film pour essayer de retrouver de l’action, c’est la preuve d’une grosse lacune scénaristique non ? Relève toi Mel ils sont devenus fous !

7. Wild

 

133223

Cette année Marc Vallée a voulu nous refaire le coup d’Into The Wild. Son Wild n’en a ni le charme ni la puissance émotionnelle. Reese Witherspoon a beau être toute mignonne dans sa chemise à carreaux on ne s’intéressera jamais à ce qu’il y a en dessous. Une longue randonnée ponctuée de flash back insupportables aussi subtil qu’un éléphant dans un magasin de porcelaines.

 

6. Magic Mike XXL

 

 

222830

 

 

 

Encore une suite qu’on aurait préféré ne jamais voir… Quand Magic Mike nous plongeait dans le quotidien d’un stripteaseur tourmenté, Magic Mike XXL est une grosse farce. Comédie potache, cette bromance nous aura grandement gênés. On se moquait un peu d’assister à un chaut d’abdos au cinéma. Tant pis.

 

5. Dear White People 

 

183503

 

Le coup de coeur de Sundance ? On a du passer à côté ! Trop long, trop “comique” alors que ses enjeux sont dramatiques, Dear White People est le genre de film qui agace. Trop brouillon aussi, trop confus… Ce film est juste “Too much”. Un faux plaidoyer qui aura eu raison de nos nerfs.

 

 

4.  Joy

991206976-joy

 

Ha David O. Russell… Après le désastreux American Bluff, Joy est la nouvelle escroquerie du maître. Certes, on assiste ici au portrait d’une femme forte mais le rester est du bruit. 2h de bruit qui devient de plus en plus gênant. Joy est un vide intersidéral qui ne raconte au final rien à part une banale histoire de famille qui n’intéressera personne à part peut-être les féministes qui trouveront formidables qu’une femme inventa un jour, un balai : SUPER.

 

3. Une merveilleuse histoire du temps

 

461500 (1)

 

Le malaise de 2015 a un nom ! Film horriblement larmoyant sur la vie (et surtout la maladie) de Stephen Hawking, Une merveilleuse histoire du temps est l’un des films les plus condescendants et prétentieux de l’histoire du cinéma. De notre côté on aurait préféré ne pas savoir comment Hawking vivait sa sexualité mais bon… L’Oscar pour Eddie Redmayne aura été pour nous la plus grande blague de l’année.

 

2. Nos femmes

 

495755

 

Dans l’idée on était plutôt pour. Adaptation d’une pièce à succès, casting bien sympathique et scénario original qui nous pousse à nous poser des questions sur la profondeur de l’amitié auraient dû suffire à rendre Nos Femmes au cinéma, regardable et agréable. Malheureusement, comme trop souvent, on se rend compte que le passage du théâtre au cinéma est loin d’être aisé et que trois bons acteurs ne sont pas synonymes de succès. Il n’y a rien dans ce film à part du vent brassé par un Thierry Lhermitte décoloré et un Daniel Auteuil en vieux pantouflard. Seul Richard Berry arrive parfois à tirer quelque chose mais il nous aura fallu enlever avant les guirlandes de « trop » qui hantent ce film. Pas une fois on aura souri, soufflé tout au mieux en attendant la fin.

 

1. Cinquante Nuances de Grey

 

371396

 

Si on ne s’attendait pas à grand chose de cette adaptation, on s’attendait pas non plus à cette catastrophe. Même pas un plaisir coupable devant cette avalanche de bêtises. En un mot : R.I.D.I.C.U.L.E

 

 

Author

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It