Il arrive parfois que nous voyons des films sans qu’on ait forcément envie (ni le temps) d’écrire une longue critique. D’où le lancement d’un nouveau rendez-vous révolutionnaire : CinéBref ! L’idée est simple : vous parlez en quelques lignes de films à  l’affiche ! Cette semaine on revient sur 3 films : Marguerite, Agents Très spéciaux et Les Deux Amis.

 

Capture d’écran 2015-09-27 à 18.13.31

 

Marguerite de Xavier Giannoli

 

Le Paris des années 20. Marguerite Dumont est une femme fortunée passionnée de musique et d’opéra. Depuis des années elle chante régulièrement devant son cercle d’habitués. Mais Marguerite chante tragiquement faux et personne ne le lui a jamais dit. Son mari et ses proches l’ont toujours entretenue dans ses illusions. Tout se complique le jour où elle se met en tête de se produire devant un vrai public à l’Opéra.

 

Il y a quelque chose de fascinant dans le cinéma de Xavier Giannoli, une prédestination à mettre en lumière des destins brisés de la plus belle et la plus originale des manières. Ici, Marguerite aurait aimé être chanteuse, à la place elle sera une femme manipulée de toute part à qui on cache la vérité en raison de sa fortune. Si la bande-annonce présageait un film léger et comique, Marguerite se révélera être un drame puissant. Difficile alors d’en sortir indemne. Catherine Frot signe ici une partition phénoménale qui devrait la mener tout droit jusqu’au César. A juste titre, puisque l’actrice tient le film sur ses épaules et trouve ici le plus beau et le plus fort rôle de sa carrière.

 

Marguerite_Film

 

Agents Très spéciaux – Code U.N.C.L.E de Guy Ritchie

 

 

Au début des années 60, en pleine guerre froide, Agents très spéciaux – Code U.N.C.L.E. retrace l’histoire de l’agent de la CIA Solo et de l’agent du KGB Kuryakin. Contraints de laisser de côté leur antagonisme ancestral, les deux hommes s’engagent dans une mission conjointe : mettre hors d’état de nuire une organisation criminelle internationale déterminée à ébranler le fragile équilibre mondial, en favorisant la prolifération des armes et de la technologie nucléaires. Pour l’heure, Solo et Kuryakin n’ont qu’une piste : le contact de la fille d’un scientifique allemand porté disparu, le seul à même d’infiltrer l’organisation criminelle. Ils se lancent dans une course contre la montre pour retrouver sa trace et empêcher un cataclysme planétaire.

 

Sur le papier, on était franchement pas fans. Il faut dire qu’on ne tient plus vraiment dans notre coeur Guy Ritchie depuis Sherlock Holmes 2. Avec Agents très Spéciaux, on se sera un peu réconciliés. Le film assume pleinement sa mission principale : DIVERTIR. Rares sont les films aujourd’hui qui assument n’avoir pas d’autre ambition que celle-ci. Film d’action/aventure/espionnage en pleine guerre froide, Agents très Spéciaux, fonctionne parfaitement grâce à son duo d’acteur. Henry Cavill et Armie Hammer, s’en donnent à coeur joie et parviennent à exister sans cannibaliser l’autre. L’humour du film, son parti pris assumé du too much, son esthétisme pop et son scénario bien ficelé en auront fait un chouette moment de cinéma. On en demandait pas tant !

 

AGENTS+TRES+SPECIAUX+CODE+U+N+C+L+E+PHOTO1

 

Les Deux Amis de Louis Garrel

 

Clément, figurant de cinéma, est fou amoureux de Mona, vendeuse dans une sandwicherie de la gare du Nord. Mais Mona a un secret, qui la rend insaisissable. Quand Clément désespère d’obtenir ses faveurs, son seul et meilleur ami, Abel, vient l’aider. Ensemble, les deux amis se lancent dans la conquête de Mona.

 

Ha Louis Garrel… Déjà remarqué à la réalisation de courts métrages, Louis Garrel a fait sensation à Cannes en présentant son premier long métrage : Les Deux amis. Qu’il aurait été facile de bâcher son travail, lui qui doit faire face à tant de haters. Son premier film remettra les pendules à l’heure : affirmant haut et fort son rôle d’arrogant pédant du cinéma français, il réalise un film beau et fort sur l’amitié et les déboires amoureux. Toujours entre deux eaux (la comédie et le drame), Les Deux amis se révèle de minute en minute plus intense et plus prenant. La solitude sera le thème principal de ce premier film qu’on attendait pas à un tel niveau. Le trio d’acteurs (Golshifteh Farahani, Vincent Macaigne, Louis Garrel ) porte le film avec bienveillance et la magie opère à merveille entre ces trois drôles d’oiseaux. Puissance de la mise en scène, BO fascinante, scénario malin et original (écrit soit dit en passant avec Honoré) les deux Amis est une bien belle surprise aussi tendre que désespérante. Un très beau premier film.

les-deux-amis-de-louis-garrel,M223393

Author

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It
%d blogueurs aiment cette page :