Après Pour Elle et A bout portant, Fred Cavayé revient avec Mea Culpa. Un film d’action made in France porté par un casting de choc ! Chronique d’un film à 100 à l’heure !

Mea_culpaFlics sur Toulon, Simon et Franck fêtent la fin d’une mission. De retour vers chez eux, ils percutent une voiture. Bilan : deux victimes dont un enfant. Franck est indemne. Simon, qui était au volant et alcoolisé, sort grièvement blessé . Il va tout perdre. Sa vie de famille. Son job de flic. Six ans plus tard, divorcé de sa femme Alice, Simon est devenu convoyeur de fonds et peine à tenir son rôle de père auprès de son fils Théo qui a désormais 9 ans. Franck, toujours flic, veille à distance sur lui. Lors d’une corrida, le petit Théo va être malgré lui le témoin d’un règlement de compte mafieux. Très vite, il fera l’objet de menaces. Simon va tout faire pour protéger son fils et retrouver ses poursuivants. Le duo avec Franck va au même moment se recomposer. Mais ce sera aussi pour eux l’occasion de revenir sur les zones d’ombre de leur passé commun.

Fred Cavayé fait office de réalisateur à part dans le paysage français. Il faut dire aussi que ses deux précédents essais étaient de vraies réussites et ont conduit Fred Cavayé à se forger une identité année après année. Une signature : l’action à la française. Deux acteurs fétiches : Vincent Lindon et Gilles Lellouche désormais réunis dans un même long-métrage. De quoi vous mettre l’eau à la bouche avant même de lire le synopsis !

Mea_Culpa

On s’y attendait, on ne fut pas déçu, bien au contraire ! Mea Culpa est le film d’action qu’on attendait. Au coeur d’une histoire policière complètement folle, Simon et Franck se retrouvent pour protéger le fils du premier, témoin malgré lui, d’un règlement de compte mafieux. Scènes de bagares, cascades, train à grande vitesse, course-poursuites, fusillades en tout genre, il y a dans ce Mea Culpa tous les ingrédients d’un grand film d’action. Grace à son rythme effréné, on se retrouve propulsé en quelques minutes au coeur du sujet et au coeur de l’action. Haletant de bout en bout, Mea Culpa vous prend à la gorge pour ne plus vous lâcher jusqu’à la fin avec une montée crescendo de la tension et du suspens. Rarement un film français nous aura fait cet effet là !

Plus qu’un sympathique film d’action, Mea Culpa jouit d’une vraie ambiance. Grâce à la mise en scène minutieuse de Fred Cavayé, on retrouve ici une vraie profondeur qui vient donner encore plus de puissance à son sujet. Au détour d’une fusillade, nos deux héros se retrouvent dans une chasse à l’homme au coeur de rideau rouge dans une usine abandonnée. Là, on comprend que Mea Culpa n’est pas uniquement un film d’action américain mais qu’une vraie ambiance est recherchée. D’ailleurs, le résultat est là et on se prend au jeu. On plonge dans cette histoire et on sert les dents à chaque scène. Un film américain oui mais avec une vraie valeur ajoutée du côté de la mise en scène.

Mea_Culpa_2

Si on s’est lancé complètement embarquer par ce film à 100 à l’heure et génialement interprété (doit-on encore revenir sur les qualités d’acteurs de Vincent Lindon et Gilles Lellouche ?) on restera un peu septique sur le fond choisit pour ancrer l’histoire. Oui car derrière la bagarre et les coups de pistolet, se cachent un fond lourd très pesant qui finit par être ridicule tant il manque de finesse. Flashbacks moches qui viennent raconter un passé trouble des deux héros, remises en question en continu sur l’histoire qui les unit et les épreuves traversées… Un too much qui nous aura complètement agacé et fait passé Mea Culpa pour un film vraiment lourd cherchant le pathos à tout prix. Un background qui tombe comme un cheveux sur la soupe et qui n’apporte absolument rien à l’histoire et la dessert même…

Passons aussi sur les seconds rôles risibles et les clichés sur-utilisés ici (les méchants sont forcément russes, le chef de la police un idiot incompétent, l’anti-héros héroïque, l’alcool…) et retenons l’essentiel : un film d’action à la française comme on n’en voit malheureusement peu. Dommage que le charme de Pour Elle n’y soit plus…

Mea_Culpa_3

Author

Cinéphile aux lacunes exemplaires, mon coeur bat aussi pour la musique, les chaussures léopard et les romans de Bret Easton Ellis. Maman de 2muchponey.com, niçoise d'origine, parisienne de coeur, je nage en eaux troubles avec la rage de l’ère moderne et la poésie fragile d'un autre temps. Si tu me parles de Jacques Demy je pourrais bien t'épouser.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It
%d blogueurs aiment cette page :