On ne sait pas grand-chose des anglais de Kindness, groupe mystérieux qui se fait plutôt rare auprès de la presse et du grand public. Cela n’empêchera pas d’attiser toutes les curiosités, tant les quelques reprises et morceaux du groupe déposés sur leur MySpace ont créé l’émoi ! Et quand on apprend que ce n’est autre que le grand Philippe Zdar qui est aux manettes côté production, c’est avec grande curiosité et impatience que l’on se prépare à écouter “World, You Need a Change of Mind”.

« Seod » commence en douceur sur un ton très jazzy et gagne en intensité chaque seconde passant. La voix hypnotique du leader Adam Bainbridge apparaît comme un mirage : beau, étrange et étonnant à la fois. Le décor est planté, le voyage commence avec déjà un grand morceau.

Ce ton jazzy et langoureux restera présent sur “Anyone Can Fall in Love” et “Swingin’ Party”. Un sentiment étrange de modernité et de charme désuet assumé s’empare alors des morceaux. Le résultat est épatant.

L’interlude “Gee Wiz” est un véritable tremplin vers un album devenant beaucoup plus enlevé avec des rythmes implacables. “Gee Up” est irrésistible quand “House” est un véritable slow au groove imparable. Puis vient “That’s All Right” avec son solo de saxo irrésistible, ses beats endiablés et ses cœurs tubesques. Un VRAI grand tube made in 80’s ! Un autre tube en devenir suivra : “Cyan”, ou le morceau qui nous a mis KO d’entrée. La voix du leader raisonne parmi des sons résolument disco et pop.

“Bombastic” et “Doigsong” clôturent cet album sur une note dansante et terriblement entraînante, avec l’impression définitive d’avoir entre nos mains un très grand album.

Avec des titres tout droit sortis des années 80, cet album est une vraie machine à remonter le temps musical, mais avec une touche de modernité et de fraîcheur bluffante. Kindness dynamite la pop des années 80 et donne un coup de fouet au jazz et au groove moderne. Certainement la révélation de l’année, les anglais nous offrent un premier essai au charme fou, subtile et profond.

“World, You Need a Change of Mind” apparaît alors comme un symbole, pour un groupe qui a su s’attribuer les codes d’une musique déjà bien ancrée, pour finir par la remodeler complètement en sortant un album novateur et tout simplement révolutionnaire.

A.

Author

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It
%d blogueurs aiment cette page :