Avec In The Grace Of You Love, The Rapture signait en Septembre l’un des albums les plus réjouissant de l’année. Suite à leur changement de cap on attendait avec impatience leur tournée française. Et lorsqu’on apprend qu’ils sont tête d’affiche de la soirée We Love DFA (label du génie James Murphy qui abrite sous son aile des groupes comme LCD Soundsystem, Hot Chip ou encore Yatch) nous notons avec impatience la date du 19 Novembre dans nos agendas.

Ce soir là tout Paris semble s’être donné rendez-vous pour fêter dignement la réelle ré-ouverture du 104, haut lieu de culture parisien qui renait de ses cendres. Le lieu est magnifique. On est frappé par l’immensité de la “salle”, son architecture qui nous fait penser à une gare, son plafond en verre. Magnifique. Il est 21H quand Prinzhorn Dance School démarre les hostilités. La tonalité de la soirée est alors donnée et l’ambiance monte d’un cran devant ces deux énergumènes. Puis c’est au tour de Planningtorock de monter sur scène. Envoutante, captivante, Janine Rostron apparaît comme une véritable révélation.

Bien que cette mise en bouche semble bien avoir été appréciée on sent que l’audience attend avec impatience le plat de résistance. Les New-yorkais se font attendre mais montreront le bout de leur nez aux alentours de 23h20. Un à un, la bande à Luke Jenner arrive sur scène. Les premières notes de synthés de In the Grace of Your Love retentissent alors, pour nous donner nos premiers frissons.

Le public est déchainé. Never Gonna Die Again résonne alors. Tout le monde danse. Tout le monde chante. On pensait pas qu’un public de hipsters était capable de mettre autant d’ambiance. Gabriel Andruzzi prend son saxophone et en remet une couche ! Une claque. Mais The Rapture n’oublie pas ses origines et jouera pour le plus grand plaisir des fans ses anciens tubes comme Whoo! Alright, Yeah… Uh Huh , House Of Jealous Lovers, Echoes …

Les américains, tout en décontraction, semblent beaucoup s’amuser sur scène. Contrairement à de nombreux groupes, on est frappé par la simplicité de The Rapture à l’image de son leader sympathique Luke Jenner. On sent qu’ils sont heureux d’être à Paris, heureux de susciter autant d’enthousiasme et bien décidés à donner en retour. 

Nouveau single de l’album, Sail Away prend encore plus de sens sur scène. Et même si on aime l’énergie des Rapture déversée lors de leurs précédents opus, on se délecte quand le groupe joue les morceaux de In The Grace of Your tels le décapant Children ou le groovy Miss You.

Presque 1h20 après le début du show, The Rapture reviendra une dernière fois pour jouer How Deep is Your Love. Dans la salle c’est la folie pure. Sur scène il en est de même. Le tube ultra-dansant des New-Yorkais aura une fois encore raison de nous et nous crions notre rage “let me hear that song“. Quel show !

Bien que déçu de ne pas en avoir entendu plus, nous repartons le sourire aux lèvres et avec une question en tête : et si avec In The Grace of Love The Rapture avait finalement signé l’album de l’année ?

M. & A.

Author

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It