Le label phare de l’indie musique, Bella Union, a trouvé en I Break Horses sa nouvelle petite pépite. Encore méconnu, ce duo suédois a tout pour conquérir la scène indé. Ainsi, I Break Horses nous rappel les plus belles heures de la noisy pop anglo-saxone des années 80 agrémenté d’une touche électro tout ce qu’il y a de plus fascinante.

Dès l’ouverture, avec la puissance graduée de “Winter Beats” on prend tout simplement une claque. Les synthés redondants et la voix suave de la chanteuse nous emportent dans un vrai tourbillon électrique, aussi hypnotisant que terrifiant. L’intensité ne retombera pas avec le titre éponyme “Hearts” à l’intensité dramatique évidente, qui ressemble à un grand n’importe quoi, toujours organisé, toujours plus beau.

On pense à la fraicheur de Cults, au doux shoegazing de Delorean, à la new wave de The Radio Dept et à la beauté de Beach House bien sûr. Des harmonies à la fois pures, aériennes, torturées et somptueuses. Il flotte une sorte d’apaisement au milieu de ce chaos total. I Break Horses a su créer un son qui leur est propre, autour d’un véritable univers. “Pulse” marque l’apogée de cet album. Un titre qui sonne déjà comme une référence. Et puisqu’en plus d’être un groupe à tomber, I Break Horses est sympa, voilà leur album en écoute intégrale.

Avec ce premier album, le duo originaire de Stockholm frappe un grand coup. Jusque là complètement inconnu, I Break Horses livre là un opus d’une beauté assourdissante et envoutant à souhait, les plaçant déjà comme la sensation de cette fin d’année. Un album qui donne envi de tomber amoureux. Un album parfait pour une fin d’année passée au coin du feu. Captivant.

A.

Author

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It
%d blogueurs aiment cette page :