Sucker Punch est au croisement du jeux vidéo, du film de guerre et du thriller psychologique. Au final, un vide intersidéral !

Le petit prodige du cinéma américain, Zack Snyder, est de retour ! Après 300, L’armée des mort, The Watchmen ou plus dernièrement Le Royaume de Ga’hoole, le nouveau film de Zack Snyder était attendu avec beaucoup d’impatience. Le box-office américain aurait dû nous mettre la puce à l’oreille… A peine une semaine après sa sortie, le Blockbuster au 85 millions de dollars de budget, est déjà relayé au second rang… Sucker Punch c’est l’histoire de Baby Doll, internée suite à une tragédie familiale. Pour fuir son horrible réalité, elle s’imagine des mondes parallèles. Au premier niveau, elle se projette dans une sorte de bordel, où elle fait la connaissance d’autres filles: Sweet Pea, Rocket, Blondie et Amber. Incapable de renoncer à sa liberté, elle se réfugie dans un autre monde virtuel, un monde dans lequel elle est une sorte d’héroïne armée à la recherche d’objets précieux… Elle entraine dans ce monde ses copines, elles aussi en manque de liberté. Dans ce grand jeux vidéo, elles doivent retrouver divers items: une carte, du feu, un couteau, une clef et un dernier élément tenu secret. Si elles réussissent dans ce “jeu” elles seront enfin libres.

Par où commencer? Oui le positif. .. C’est beau. Très beau. Magnifique même. Le film est esthétiquement très réussi ! On sent le professionnalisme, l’expérience et la folie de Zack Snyder. On en prend plein les yeux ! Les couleurs claquent ici et là, les décors sont tous plus beau les uns que les autres, tout est visuellement parfait.   Le scénario du film est également très original. L’idée des strates de l’imagination est excellente et le constant passage d’un monde à l’autre est très réussi ! Autre bon point du film, sa scène d’ouverture magnifiquement orchestré (la BO est au Top, notamment cette version de Sweet Dream et plus tard Army of Me de Bjork), belle et touchante, qui laisse présagée du meilleur… Mais en fait non…

Sucker Punch est un jeu vidéo qui ne commence jamais.

Force est de constater qu’il n’y a dans Sucker Punch aucune place à la surprise. Les filles passent les niveaux sans aucun problèmes. Comme si on avait mis le mode “Facile” sur la Xbox… Les scènes d’actions ne durent au final que quelques minutes. Bizarre pour un film qui se nomme Sucker Punch… On s’attendait à des combats, du vrai, du sang, des morts, de la baston quoi ! Là les filles sont plus fortes que Batman et ne trouvent jamais d’ennemis à la hauteur… Boring !

Outre ce manque profond de rebondissements, là où le film perd toute crédibilité c’est dans son côté moralisateur. Pendant tout le film, les violons sont de sortie. Et vas-y qu’ on se sacrifie pour l’une, et vas y qu’on parle de liberté avec les larmes aux yeux… Blablabla. Le film s’enlise complétement dès lors que la morale américaine prend le dessus sur l’action !

Autre catastrophe le côté déjà vu du film… Sucker Punch emprunte ici et là aux autres films. Voici le jeune dragon d’Harry Potter 4, bonjour les Orques du Seigneur des Anneaux, ho le 5ème élément, Inception?…

Zack Snyder nous emmène dans un monde virtuel sans saveur. On s’ennuie beaucoup et on désespère de voir quelque chose de fou arriver. Seul les 15 dernières minutes du films sont un peu plus épicées… Enfin il se passe quelque chose! Les méchants commencent à se rebeller et ne laissent plus ces 5 filles faire !

Zack Snyder nous laisse cependant avec cette drôle d’impression que nous avait laissé Shutter Island ou Inception. Où était le rêve?  Ou était la réalité ? Baby Dool est-elle folle? A t-elle vraiment existé? Le bordel était-il qu’un rêve lui aussi?  Zack Snyder réussit à nus perdre entre virtuel et réel. Un film plus complexe qu’il n’y paraissait? Peut-être bien, mais pour le reste … Game Over.

M.

Author

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It